Hi.

Welcome to my blog. I document my adventures in travel, style, and food. Hope you have a nice stay!

Raif Badawi : 10 ans d'emprisonnement et 1000 coups de fouet en Arabie Saoudite

Il s'appelle Raif Badawi, il a 31 ans et a été condamné à 10 ans de prison et 1000 coups de fouet répartis sur 20 semaines, pour avoir émis une opinion sur l'athéisme et la religion.


L'histoire continue! Depuis le 9 janvier, Raif Badawi doit subir une séance de flagellation tous les vendredis. Sa sentence prévoit qu’il reçoive 50 coups de fouet pendant 20 semaines, pour atteindre 1000 coups en tout. La flagellation constitue une violation de l'interdiction absolue de la torture et des autres traitements cruels, inhumains ou dégradants, inscrite dans le droit international.

Raif Badawi a été condamné à 10 ans d'emprisonnement et à ces 1000 coups de fouet pour avoir créé un site Internet comportant des éléments critiques contre le gouvernement et la religion. Amnistie internationale le considère comme un prisonnier d'opinion et demande que les coups de fouet - un acte d'extrême cruauté, prohibé par le droit international - cessent, qu'il soit libéré et qu’il puisse rejoindre sa femme et leurs trois enfants qui sont réfugiés au Québec.  

Animateur du site internet Liberal Saudi Network et lauréat 2014 du prix RSF pour la liberté de la presse, il est emprisonné depuis 2012. Farouche défenseur de la liberté d'expression, son site internet avait demandé la fin de l'influence religieuse dans le royaume, régi par le wahhabisme, une stricte version de l'islam.

La femme du blogueur emprisonné Raif Badawi demande le soutien

L'épouse du blogueur saoudien emprisonné Raif Badawi, condamné à 1.000 coups de fouet pour "insulte à l'islam", a demandé plusieurs fois l´aide de la communauté international pour la libération de son mari, relayée par des associations de défense des droits de l'Homme.


Ma démarche n’est pas de faire pression sur Ryad, mais de communiquer sur un cas humanitaire, celui de mon mari qui a toujours prôné la paix et la liberté, et qui aujourd’hui manque cruellement à sa famille, a déclaré Ensaf Haidar, lors d’une conférence de presse organisée à Paris par les organisations Reporters sans frontières (RSF) et Amnesty International.
— Ensaf Haidar

La position française ne s'est pas illustrée par sa force

Le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire, a de son côté estimé qu'à ce stade "la position française ne s'est pas illustrée par sa force".

Interrogé vendredi sur le sujet, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Romain Nadal, a indiqué que "la France est favorable à la liberté d'expression", sans plus de précisions sur une demande de libération. Le président français François Hollande a été reçu en grande pompe début mai à Ryad dans un contexte de volonté mutuelle de renforcer les relations bilatérales.

Canada a l'obligation d'agir dans cette situation-là 

«Évidemment, le Canada n'est pas n'importe quel pays dans cette histoire, indique Mme Elchacar. Nous avons accordé refuge à sa famille. Sa famille est ici, donc il y a quand même un lien avec le Canada. Et en tant que signataire de la convention contre la torture, le Canada a l'obligation d'agir dans cette situation-là.»

Le nouveau roi réputé pour être plus libéral que son prédécesseur, libéral au sens saoudien du terme, a gracié quelques prisonniers, mais toujours pas de prisonnier d'opinion. Pendant ce temps, la mobilisation mondiale se poursuit.

Raif Badawi n´est pas le seul

«Il y a une initiative historique. C'est la première fois que plusieurs gouvernements dans le monde sortent de leur réserve habituelle et dénoncent les pratiques. Il y a Raif Badawi, mais il y a aussi d'autres prisonniers d'opinion.»

Raif Badawi nommé pour le prix Nobel de la paix 2015

Le jeune homme de 31 ans, père de famille de trois enfants, emprisonné pour avoir appelé ses concitoyens à réfléchir sur la place de la religion dans leur quotidien et dans leur société, est nommé pour le prix Nobel de la paix 2015. Il sera entre autres aux côtés d'Edward Snowden, du pape François et du médecin congolais Denis Mukwege, qui en ce moment soigne les femmes victimes de violences sexuelles. Sa nomination est commune avec celle de son avocat et beau-frère, Walid Aboul Khair, militant des droits humains et emprisonné lui aussi pour avoir défendu Raif Badawi.

Plusieurs organisations ont déjà pris publiquement position

L’Organisation des Nations Unies, le Haut-commissariat aux droits de l’homme et le Département d’État américain ont dit souhaiter un arrêt de la sentence. Tout dernièrement, Avocats sans frontières Canada et le Barreau du Québec annonçaient leur appui pour tenter d’agir juridiquement dans le dossier.

Conclution

La pression mondiale pour exiger la libération de Raif Badawi augmente de jour en jour contre la justice saoudienne. Plus d'un million de personnes ont déjà signé la pétition d'Amnesty International pour stopper la torture physique et mentale sur M. Badawi. Depuis la mort d'Abdallah, le nouveau roi Salmane a commencé à libérer certains prisonniers, dont une proche du blogueur, Souad al-Shammari, qui avait co-fondé le site internet avec Raif. Aujourd'hui, le monde a les yeux rivés sur l'Arabie saoudite. Les États-Unis, la Suède, le Canada et l'Union européenne ont dénoncé la condamnation de M. Badawi. 

L'Arabie saoudite de sa part a dénoncé la campagne médiatique autour de Raif Badawi, rejetant toute "ingérence" et toute critique contre son système judiciaire.


Pétition a faveur du blogueur Raif Badawi


À l’Honorable Stephen Harper
Premier ministre du Canada
Cabinet du Premier ministre
80, rue Wellington
Ottawa (Ontario)  K1A 0A2

Monsieur,

Le bras levé, le fouet prêt à s’abattre, le bourreau a suspendu le temps, une fois de plus. Raif Badawi, les dents serrées, a repris son souffle, une fois de plus. Pour une « douzième » semaine de suite, la flagellation a été reportée. Alors qu’il soigne les stigmates causés par les cinquante premiers coups reçus il y a deux mois, Raif Badawi et ses proches revivent, semaine après semaine, la terrible angoisse à savoir si le châtiment va s’abattre.

La main tendue, depuis plus de deux ans, des dizaines et des dizaines de milliers de Québécois et de Québécoises, de Canadiens et de Canadiennes, manifestent pour la libération de ce jeune blogueur saoudien, animateur du site Internet Liberal Saudi Network, accusé dans son pays de diffamation de l’Islam et condamné à mille coups de fouet et à dix ans de prison.

Vigiles, marches d’appui, pétitions, lettres ouvertes, soutien des grands journaux nationaux, déclaration de personnalités politiques, universitaires et artistiques, motion des plus importantes organisations humanitaires et civiles dont le Barreau du Québec, résolutions des villes de Montréal, St-Jérôme et de Sherbrooke, c’est toute une nation qui demande la libération de cet homme étranger d’origine mais frère dans la lutte pour les droits humains.

La main tendue, c’est toute une nation qui depuis des mois vous demande, monsieur Harper, de vous impliquer personnellement.

L’Organisation des Nations Unies a dénoncé cette sentence, cruelle et inhumaine imposée à ce lauréat du Prix Reporters sans frontières pour la liberté de la presse et du Prix du courage au Sommet de Genève pour les droits de la personne.

Ensaf Haidar, l’épouse de Raif Badawi, et leurs trois enfants, Najwa, Doudi et Miriyam, qui vivent à Sherbrooke comme réfugiés politiques, vous ont demandé, dans un déchirant cri du cœur, d’intercéder personnellement auprès de l’Arabie saoudite.

Amnistie internationale vous a écrit, monsieur le Premier ministre, pour vous demander de sauter personnellement dans la mêlée diplomatique. « Le prochain geste que doit poser le Canada, pour illustrer la puissante réaction que ce cas suscite à travers le pays, c’est d’avoir des échanges au plus haut niveau avec les autorités saoudiennes par votre implication personnelle, monsieur Harper. Nous comprenons qu’il est exceptionnel qu’un premier ministre intervienne lui-même au nom d’un individu emprisonné à l’étranger, mais nous sommes convaincus qu’il s’agit précisément d’un cas exceptionnel et que les Canadiens s’attendent à ce que vous posiez un geste décisif et significatif. » Jusqu’à maintenant vous n’êtes pas intervenu personnellement auprès du roi et Robert Nicholson le nouveau ministre des Affaires étrangères est tout aussi silencieux.
À l’heure où votre gouvernement impose des sanctions à plus d’une vingtaine de pays, dont plusieurs en raison de violations de droits humains, vous avez répondu que Raif Badawi n’était pas citoyen canadien et que vous étiez limités dans les mesures que vous pouviez prendre en son nom. Rappelez-vous, monsieur Harper, que le Canada a œuvré activement à la libération de Nelson Mandela et de Aung San Suu Kyi sans qu’ils soient citoyens canadiens.

Il y a près d’un mois, la cause du blogueur a été renvoyée devant la Cour criminelle saoudienne. Raif Badawi pourrait y être à nouveau jugé pour apostasie, soit l’abandon de la foi musulmane ce qui pourrait le mener à la peine capitale.

L’Arabie saoudite est le deuxième marché d’exportation en importance du Canada dans cette région du Golfe. L’an dernier, les compagnies canadiennes ont signé avec ce royaume des contrats pour des dizaines de milliards de dollars en équipement militaire. Le défunt roi Abdullah a établi une chaire de plusieurs millions de dollars pour le dialogue des civilisations à l’Université de Toronto. Nous avons des relations directes, tangibles et privilégiées avec l’Arabie saoudite, qu’attendez-vous, monsieur Harper, pour les utiliser et demander la libération de Raif Badawi?

On ne peut reprocher à Raif Badawi que d’avoir utilisé des mots tels que « droit », « liberté », « tolérance » et « respect ». Des mots qui sont les liants et les fondements de notre société.

Je vous demande respectueusement, monsieur le Premier ministre, de poser un acte de courage et de demander la libération de Raif Badawi auprès du nouveau roi Salman qui a le pouvoir de le gracier. Je vous demande d’intervenir le plus rapidement possible afin que cesse l’angoisse cruelle qui lui est imposée à lui, à sa femme et à leurs enfants afin que cicatrisent leurs blessures qui sont de plus en plus celles des populations québécoise et canadienne.

Michel Marc Bouchard,
Auteur

Lettres cosignées par:

Paul Ahmarani, comédien
Pierre Allard, cofondateur et co-directeur artistique ATSA
Marie-Christine André, directrice administrative de compagnies de théâtre
Denys Arcand, réalisateur, scénariste, acteur et producteur
Samuel Archibald, auteur
François Arnaud, comédien
Suzanne Aubry, romancière et dramaturge, membre du ca de l'UNEQ
Martine Audet, poète et aide-bibliothécaire
François Avard, auteur
Nicolas Baier, peintre et sculpteur
Normand Baillargeon, professeur d'université
Paule Baillargeon, cinéaste
Jean Barbe, écrivain
François Barcelo, écrivain
Francine Beaudoin, enseignante retraitée
Michel Beaulac, directeur artistique
Alain Beaulieu, écrivain
Nini Bélanger, metteure en scène
Joseph Bellerose, comédien
Denis Bernard, comédien et directeur artistique
Marie-Claire Blais, écrivaine
Josée Blanchette, journaliste
Joe Bocan, chanteuse et animatrice
Lucie Boisvert, citoyenne
Céline Bonnier, comédienne
Hervey Bouchard, écrivain
Mylène Bouchard, auteure et éditrice
Gérard Bouchard, titulaire d'une chaire de recherche du canada
Claude Bouchard, artiste visuelle
Gary Boudreault, comédien
Simon Boulerice, auteur
Marthe Boulianne, directrice générale de l'Olivette
Nathalie Bourdelais, conseillère à la scénarisation
Marie Brassard, comédienne et metteure en scène
Evelyne Brochu, comédienne
Nicole Brossard, poète, romancière, essayiste
Chrystine Brouillet, auteure
Éric Bruneau, comédien
Laurence Brunelle-Côté, écrivaine, performeure et conceptrice
François Bugingo, journaliste
Anne-Marie Cadieux, actrice
Geneviève Cadieux, photographe
France Cantin, artiste/commissaire
France L. L. Capistran, pdg
Jean-François Caron, écrivain
Jean Chabot, directeur général de l’Institut canadien de Québec
Dominic Champagne, metteur en scène
Michelle Chanonat, rédactrice
Violette Chauveau, comédienne
Olivier Choinière, auteur et metteur en scène, co-directeur artistique du Théâtre aux écuries
Monia Chokri, comédienne et réalisatrice
Suzanne Clément, comédienne
Fabien Cloutier, auteur et comédien
Édith Cochrane, comédienne
Francine Côté, avocate
Arlette Cousture, écrivaine, membre du Conseil canadien du statut de l'artiste
Stéphane Crête, acteur
René Richard Cyr, acteur et metteur en scène
Jean-Marc Dalpé, auteur et comédien.
Lise Demers, directrice, les éditions Sémaphore
Maxime Denommée, comédien et metteur en scène
Serge Denoncourt, metteur en scène
Denise Desautels, membre de l’Académie des lettres du Québec et de l'Ordre du Canada
Gilles Desjardins, auteur
Michèle Deslauriers, comédienne
Claude Despins, acteur
Natalie Dion, attachée de presse
Xavier Dolan, comédien et réalisateur
Hélène Dorion, écrivaine, membre de l'Académie des lettres du Québec
Simon Drouin, performeur, concepteur et musicien
André Du Bois, artiste en arts visuels
Danielle Dubé, écrivaine
Louise Duceppe, directrice générale
Philippe Ducros, auteur, metteur en scène
Louise Dupré, écrivaine, poète, romancière et dramaturge, membre de l'Académie des lettres du Québec et de l'Ordre du Canada
Antoine Durand, comédien
Alexis Durand-Brault, réalisateur
Benoît Dutrizac, animateur et auteur
Christine Eddie, écrivaine
Martin Faucher, codirecteur général et directeur artistique, Festival TransAmériques
Hélène Florent, comédienne
Marie-Thérèse Fortin, actrice
Mylène Fortin, auteure et enseignante
Danielle Fournier, écrivaine
Linda Gaboriau, traductrice littéraire
Madeleine Gagnon, écrivaine, membre de l'Ordre du canada, prix Athanase-David du Québec, membre de l'Académie des lettres du Québec
Steve Gagnon, acteur et auteur
Caroline Gagnon, pigiste en révision
Geoffrey Gaquère, directeur artistique du théâtre Espace libre
Gervais Gaudreault, codirecteur artistique Le Carrousel et metteur en scène
Éveline Gélinas, comédienne
Bernard Gilbert, écrivain et directeur, maison de la littérature de l’Institut canadien de Québec
André Girard, écrivain
Monique Giroux, animatrice-productrice
Jacques Godin, comédien
Jacques Goldstyn, illustrateur
Vincent Graton, acteur
Geneviève Guérard, citoyenne
Denise Guilbault, directrice artistique, École nationale de théâtre du Canada
Sylvie Harvey, musicienne
Pascal Henrard, blogueur
Marie-Êve Huot, artiste et présidente de Théâtres Unis Enfance Jeunesse
Diane Isabelle, citoyenne
Suzanne Jacob, écrivaine, poète et scénariste
Éric Jean, directeur artistique et général
Patricia Jean, activiste et directrice générale d'Arc-en-ciel d'Afrique
Carmen Jolin, comédienne
Jean-Philippe Joubert, metteur en scène et directeur artistique
Frédéric Julien, professeur de littérature
Olivier Kemeid, auteur et metteur en scène
Sergio Kokis, écrivain
Alice Kuipers, romancière
Marie Laberge, écrivaine et dramaturge
Marie-Sissi Labrèche, auteure
Marc Labrèche, comédien
Laurier Lacroix, professeur associé
Lyse Lafontaine, productrice
Robert Lalonde, auteur et comédien
Christine Lamothe, enseignante en danse contemporaine
Ève Landry, actrice
Monique LaRue, écrivaine
Louise Latraverse, comédienne
Hugo Latulippe, auteur, cinéaste, producteur
Carole Laure, comédienne et réalisatrice
Bertrand Laverdure, auteur
David Lavoie, codirecteur général et directeur administratif, Festival TransAmériques
Suzanne Lebeau, co-directrice artistique Le Carrousel
Nicole Leblanc, comédienne
Laurence Leboeuf, comédienne
Dany Leclair, écrivain
Dominique Leduc, comédienne
Marie-Christine Lê-Huu, comédienne et auteur
Michel Lemieux, concepteur et metteur en scène
Guy A Lepage, animateur
Jean-François Lépine, journaliste
Georges Leroux, membre de la Société royale du Canada et membre de l'Académie des lettres du Québec
Jacques Létourneau, président de la CSN
Macha Limonchik, actrice
Mohamed Lotfi, journaliste et réalisateur
Antonine Maillet, écrivaine, membre de l'Académie des lettres du Québec
Fanny Mallette, comédienne
Sylvie Marcoux, directrice générale du Salon du livre du Saguenay—Lac-Saint-Jean et auteure
Gilles Marsolais, homme de théâtre
Yann Martel, écrivain
Émile Martel, écrivain, président du Centre québécois du P.E.N. et de l’Académie des lettres du Québec
Winston McQuade, animateur et artiste
Pénélope McQuade, animatrice
Marc Messier, comédien
Madeleine Monette, écrivaine, membre de l'Académie des lettres du Québec
Serge Mongeau, écrivain
Pascale Montpetit, comédienne
Pierre Nepveu, écrivain
Pierre Ouellet, écrivain, professeur, chercheur
Josée-Anne Paradis, rédactrice en chef, revue les libraires
Solène Paré, metteure en scène
Michel Pepin, auteur, compositeur, peintre, sculpteur
Yann Perreau, auteur-compositeur interprète
Marilyn Perreault, comédienne
Marie-Christine Perreault, comédienne
Bryan Perro, auteur
Nicole Perron, traductrice littéraire
Erica Perrot, citoyenne
Peter Leuprecht, professeur de droit international public
Dominique Pétin, comédienne
Geneviève Pettersen, auteure
Jean-Guy Pilon, écrivain, officier de l’Ordre du Canada
Sébastien Pilote, réalisateur cinéma
Daniel Pinard, animateur
Lorraine Pintal, directrice artistique et générale, metteure en scène, comédienne
Claude Poissant, metteur en scène, auteur et acteur
Marie-Hélène Poitras, écrivaine et journaliste
Louise Portal, auteure et comédienne
Stéphane Poulin, illustrateur
Monique Proulx, écrivaine
Émile Proulx-Cloutier, acteur, auteur-compositeur, cinéaste
Dominique Quesnel, comédienne
Rober Racine, écrivain
André Ricard, écrivain
Gabriel Robichaud, comédien et auteur
Geneviève Rochette, comédienne
Annie Roy, cofondatrice et co-directrice ATSA
Charles Sagalane, Écrivain
Alain Saulnier, auteur et professeur de journalisme, Université de Montréal
Étienne Savignac, auteur
Danièle Simpson, écrivaine, présidente de l'UNEQ et vice-présidente de Copibec
Marc Simpson-Threlford, photographe
Érika Soucy, auteure
Geneviève St-Germain, journaliste, auteure
Mélanie St-Laurent, comédienne et directrice générale compagnie de théâtre
Antoine Tanguay, éditeur
Odette Théberge, artiste en arts visuels
Emma Tibaldo, artistic and executive director
Michel Tremblay, dramaturge et romancier
Larry Tremblay, dramaturge et écrivain
Guylaine Tremblay, comédienne
Richard-Max Tremblay, artiste visuel
Danielle Trottier, auteure
Lise Vaillancourt, auteure et présidente du Centre des auteurs dramatiques et de la fondation du CEAD
Patsy Van Roost, fée du Mile-End
Guillaume Vigneault, écrivain
Martin Winckler, écrivain et médecin
Dr Andrée Yanacopoulo, auteure
Ima, chanteuse et actrice

Double identité, double vie de la femme musulmane

Elle trouve son mari au lit avec une autre, voila ses explications!