Hi.

Welcome to my blog. I document my adventures in travel, style, and food. Hope you have a nice stay!

Polisario : Des marionnettes algériennes au Sahara Occidental

Polisario : Des marionnettes algériennes au Sahara Occidental

Le conflit du Sahara Occidental est un paradigme du conflit international fabriqué par l’héritage néfaste du colonialisme en Afrique.

Le journaliste paraguayen Luis Agüero Wagner, se faisant l’écho de la position de son pays favorable à «une solution à la question du Sahara sous l’égide des Nations unies et dans le respect de l’intégrité territoriale du Royaume».

On dit que c’est une erreur d’appeler raisonnement le fait de chercher des arguments ridicules pour continuer à croire en ce en que l’on croit. Or, ceci a été récemment démontré par les défenseurs du montage algérien des indépendantistes sahraouis du front polisario.

Récemment, j’ai pris position dans ces colonnes sur le long conflit du Sahara Occidental, ancien Sahara espagnol, avec les mêmes idées que j’avais avant d’entreprendre un long parcours en février dernier à travers le Maroc. J’y ai dialogué avec la population, ses dirigeants et j’ai traversé sa belle et vaste étendue géographique.

Au lieu de trouver des arguments qui auraient pu déconstruire les miens, ma route a été jalonnée par une série d’attaques personnelles très caractéristiques des membres d’ONGs réactionnaires lorsqu’elles sont à cours d’arguments.

En fait, mes critiques ne s’adressaient pas aux Sahraouis indépendantistes du front polisario, groupe d’activistes séparatistes qui souhaitent proclamer l’indépendance d’un lieu désertique et désolé, soutenu par des financements algériens. Les revendications des Sahraouis indépendantistes cessent seulement d’être excentriques lorsque l’on considère, qu’en fait, c’est l’Algérie qui souhaite posséder un accès vers la côte atlantique et que ce pays instrumentalise une minorité de Sahraouis afin de l’obtenir.


Le Maroc sous le règne de Hassan I – 1880

Maroc sous le règne de Hassan

En réalité, mes critiques s’adressaient à la gauche latino-américaine. Tenant compte du fait qu’ils ont plusieurs conflits territoriaux et séparatistes qui ne sont pas résolus chez eux (Zulia, Santa Cruz, la sortie qu’on ne leur cède pas sur la mer bolivienne et les problèmes entre le Nicaragua et ses frontières), ils s’aventurent à prendre parti pour un groupe séparatiste dont les objectifs sont plus que douteux.

Des sources marocaines ont laissé clairement entendre que le problème a déjà causé une grande usure chez les nations concernées et que ce conflit sera résolu lorsque l’Algérie démontrera une réelle volonté de le résoudre.


Al-Murābitūn 1040 – 1147

Front polisario :  Les racines du conflit

Les racines du conflit remontent à un accord entre la France et l’Espagne, poussées par d’autres puissances européennes en novembre 1912, qui autorisa les Espagnols à exercer un protectorat sur le sultanat du Maroc connu aujourd’hui comme l’ « occupation espagnole » du Maroc.

Déjà, durant cette période de l’histoire interrompue par la première guerre mondiale et reprise en 1919, les Espagnols purent vérifier par eux-mêmes la complexité du dilemme marocain. Ils s’affrontaient à une population qui, autant à l’époque romaine qu’à l’époque de la grande expansion islamique, n’a jamais accepté le poids d’une quelconque autorité sur elle et se montrait rétif à l’honorer. 

Finalement, après des années d’anarchie, le Maroc obtint son indépendance de la France en mars 1956, et de l’Espagne en avril 1956. Cependant, l’Espagne conserva la partie sud de son ancien protectorat, cette attitude est l’origine du problème actuel.

Après la première phase de l’indépendance, les nationalistes marocains se sont basés sur l’histoire pour revendiquer le « Grand Maroc ». Au temps de la dynastie almoravide, des moines soldats avaient unifié sous leurs ordres une grande partie du territoire qui comprenait toutes les possessions espagnoles du nord de l’Afrique (Ifni, Villa Bens, le Sahara, Ceuta,Melilla et des petites îles) ainsi que toute la Mauritanie, une bonne partie de l’Algérie et duMali jusqu’à la rivière Sénégal.

Ceci constitue les racines historiques des droits du Maroc sur le Sahara. De plus, il ne faut pas oublier que la fin du colonialisme sur les terres sahariennes détenues par l’Espagne jusqu’en 1975, est due à une intelligente manœuvre du Maroc.


La Marche verte - mars 1975

La Marche verte : fin du « Sahara Espagnol »

Pour chasser définitivement les Espagnols du Sahara, le Maroc a organisé la « Marche Verte » en envoyant 350.000 citoyens occuper le territoire. Cette manœuvre initiée en 1975 fut dirigée par le Roi Hassan II au moment de la crise politique que traversait l’Espagne lors de la dernière étape de la dictature franquiste.

Ce plan fut couronné de succès, et au cours de l’agonie du Général Franco l’Espagne due céder ses territoires sahariens au Maroc. C’est à ce moment qu’apparurent les intérêts expansionnistes de l’Algérie.


Le Front Polisario, Felisario ou tout simplement Polisario.

Front polisario : les intérêts expansionnistes d’Alger

L’Algérie a entraîné les Marocains membres du Front Polisario tandis que celui-ci était supposé libérer le Sahara Occidental des mains de l’Espagne . Avant cela, personne n’avait évoqué la création d’un état dans cette zone jusqu’à ce que l’on s’intéresse à la partie occidentale du Sahara qui possède une côte atlantique. L’intérêt de l’Algérie est bien évidemment d’avoir une ouverture sur l’Atlantique. Ceci constitue la toile de fond de ce conflit qui ne semble pas s’orienter vers une solution favorable pour l’Algérie étant donné le soutien de la Ligue Arabe au Maroc et l’acceptation généralisée de son plan d’autonomie comme épilogue du problème.

Le front polisario, connu aussi sous le nom Frelisario au début de son existence, est un mouvement politique et armé du Sahara occidental, créé en 1973 pour lutter contre l’occupation espagnole. Il est opposé depuis 1975 au Maroc pour le contrôle du Sahara occidental. Wikipedia

Le front instrumentalisé par l’Algérie pour ses intérêts est loin d’être uni, comme le démontrent les manifestations de Salek Mohamed Ayad. L’un des Fondateurs du Front Polisario, Ayad accuse les dirigeants sahariens d’être devenus des instruments au service de Mohamed Abdelaziz et de son clan de voyous et voleurs mais aussi de l’Algérie qui manipule la cause du peuple saharien pour fragiliser son ennemi historique, le Maroc.

Ce Sahraoui dissident a été, comme d’autres, emprisonné pendant 10 ans dans les cachots du Front Polisario à Tindouf. Il les décrit comme étant « des tombes où les gens sont enfermés et maltraités sans pitié ». Selon Ayad, la plupart des Sahraouis, tant de Tindouf comme du Sahara Occidental sont contre ce que fait Abdelaziz et ses acolytes. Ils empocheraient 80% de l’argent reçu de l’aide internationale dont une grande partie vient d’Espagne. Mais le chef des hors-la-loi a imposé le silence des cimetières dans ses rangs avec la complicité des médias et des sympathisants.

Cette description d’Ayad renforce mon idée sur ces « activistes » sahariens comme étant des opportunistes qui font du gain avec la tragédie des peuples misérables d’Afrique. Des personnes qui, pour masquer leur vrai visage, insultent, mentent et agressent. Ils l’ont d’ailleurs fait dans ces colonnes. En agressant faute d’arguments, ils se révèlent comme des apprentis dictateurs et comme des personnes qui vivent bien en profitant de la généreuse aide internationale et de l’appui de l’Algérie, pendant que les villages du Sahara souffrent en silence à cause de ces intérêts créés uniquement pour maintenir un conflit absurde.


Front polisario : Une supercherie mondiale

Malgré cette réalité, une grande partie de l’opinion publique mondiale est trompée par les proclamations du groupe de hors-la-loi dirigés par Abdelaziz, qui peut compter également sur le soutien de la plupart des gouvernements latino-américains. Ce mouvement engendré à Alger n’a jamais été expliqué jusqu’ici. Malgré les attaques d’Abdelaziz envers le Maroc, notons que toute sa famille vit au Maroc sans être victime de représailles.

Il reste enfin à découvrir pourquoi les Sahraouis que nous voyons dans les médias sont passés d’un teint de peau olive caractérisant les maghrébins, au teint de peau foncé typique des sub-sahariens. Evidemment, si une caméra rentrait dans un camp de Tindouf demander aux Sahraouis pour quelle cause ils luttent, ils ne sauront pas quoi répondre. Les ONGs ont créé des agglomérations similaires dans le monde entier. Au Paraguay, il est fréquent qu’elles utilisent les indigènes.

Hermann Keyserling l’avait déjà signalé : aucune preuve, aucune rectification, aucun démenti ne peut annuler l’effet d’une publicité bien faite. Le montage algérien sur les Sahraouis en est une nouvelle preuve.

Article: Luis Agüero Wagner (Guest writer), Infosahara, Photo: Thomas Maluck

Voulons-nous vivre dans un monde où 1% des plus riches détiennent 50% de la richesse ?

Voulons-nous vivre dans un monde où 1% des plus riches détiennent 50% de la richesse ?

Loubna Abidar la nouvelle ambassadrice du Maroc en France.

Loubna Abidar la nouvelle ambassadrice du Maroc en France.