Hi.

Welcome to my blog. I document my adventures in travel, style, and food. Hope you have a nice stay!

La mondialisation et la destruction imminente de l’environnement

L’environnement s’est vu négativement affecté par le phénomène de la mondialisation. Pourtant, une étude commandée par la Direction des Affaires Publiques et des Communications, de l'Organisation pour la Coopération et le Développement Economique basée à Paris affirme effectivement que la mondialisation peut faire partie d'une solution qui tienne compte de l'ampleur et de l'urgence des défis à venir. Les points empêchant les discussions qui mèneraient sur un accord international sur le changement climatique seraient les désaccords entre les pays développés et en voie de développement sur les responsabilités et le partage des coûts.

Cette étude, intitulée «La mondialisation économique: origines et conséquences» souligne que depuis des décennies, les pays développés, ou en d’autres mots, les pionniers de l'industrialisation mondiale, étaient de loin les plus grands émetteurs de CO2 (et autres gaz nocifs à l’atmosphère) de la planète, donc responsables des gaz à effet de serre menaçants.

Aujourd'hui et à eux seuls, les Etats-Unis sont responsables de près de 20% des émissions mondiales de GES.

L’étude, faisant partie d'une série de «l'OCDE», étant rédigée par Jean-Yves Huwart et Loïc Verdier, affirme que «Le développement très rapide des pays émergents au cours des dernières années leur a également permis de devenir les principaux émetteurs de GES», tout en soulignant qu’ils doivent leur développement en grande partie à la mondialisation.

Les géants asiatiques s’en sont tout autant largement bénéficier, mais souvent au détriment de l'environnement

La Chine ouvre une nouvelle centrale électrique au charbon chaque semaine pour assouvir sa soif énergétique, ce dernier étant le combustible fossile le moins cher et le plus abondant, tout en étant le plus polluant aussi et faisant le pays mériter sa (mauvaise) réputation du plus grand émetteur mondial de CO2 en 2007, devançant les Etats-Unis.

L’un des principaux et plus préoccupant des problèmes environnementaux, c’est le changement climatique. Il est impossible de prévoir son développement ni ses conséquences. Cependant, ses causes sont bien connues: le changement climatique provient principalement de l'effet de serre - ce qui signifie la rétention excessive de l'énergie solaire dans l'atmosphère due à une accumulation de certains gaz, en particulier de CO2.

Les principales sources d'émissions de CO2 sont La production industrielle, les transports et la déforestation, même si cette dernière agit de manière indirecte. Ces trois activités humaines existent indépendamment bien avant la mondialisation, même si cette dernière en est la responsable directe de leur considérable développement au cours du 20ème siècle, et en particulier au cours des dernières décennies.

Les émissions provenant du transport routier (essentiellement des voitures et des camions) sont très élevées, atteignant leur summum dans les frontières nationales. «L'ouverture de certaines zones régionales (y compris la suppression des contrôles aux frontières entre les pays de l'Union européenne) a donné de la fluidité au transport routier de marchandises, tout en constituant une source importante d'émissions de CO2», ajoute l'étude.

Selon les auteurs, l’aviation caractérise à elle seule le phénomène de la mondialisation

Les émissions de GES provenant de l'aviation ont augmenté de 86% entre 1990 et 2004. L'aviation est aujourd'hui responsable de 4-9% du total des émissions de GES rejetées dans l'atmosphère.

Le transport maritime, quant à lui, avale 2-4% de tous les combustibles fossiles consommés par la planète chaque année. Environ 70% du transport international de marchandises vers l'UE et 95% des échanges commerciaux vers les Etats-Unis sen fait par voie maritime, et les technologies énergétiques améliorées ne sont pas suffisantes pour absorber l'impact environnemental de l'augmentation annuelle de 3% dans le transport maritime.

«Cela dit, la plupart des dommages à l'environnement du transport est due à l'augmentation du trafic domestique. Dans le cas de l'aviation, entre 2005 et 2007, les compagnies aériennes indiennes ont commandé la bagatelle de 500 nouveaux avions à partir d'avions constructeurs Airbus et Boeing pour couvrir de le flux de voyages intérieurs. Autrement dit, l'augmentation du trafic sur les routes du commerce international n'est pas la seule responsable de l'augmentation des émissions de CO2 liées aux transports».

Brendan Gillespie dirige les performances environnementales et la division de l'information dans le département de Direction de l'environnement de l'OCDE.

L'innovation technologique joue un rôle majeur dans la lutte contre le changement climatique, plus concrètement les technologies vertes qui se sont vues multipliées. «Si les technologies propres existantes étaient plus largement disponibles, nous aurions déjà pu réduire considérablementnos émissions de CO2».

Les ampoules à incandescence sont aussi un exemple à suivre et à appliquer

"En ce qui concerne les ressources en eau, nous assistons à un énorme gaspillage dans de nombreux pays en développement, dont l'utilisation -souvent pas très efficace- constitue le 70% de leur eau disponible pour l'agriculture. L’étude estime que les consommateurs devraient payer pour certains services environnementaux, tels que l'accès à l'eau potable. Après tout, le transport de l'eau d'un réservoir d'une cuisine coûte beaucoup d'argent.

«Les investissements nécessaires peuvent être tellement coûteux qu'ils ne seront amortis qu’au bout de 30 ou 40 ans, donc c'est probablement préférable de considérer les infrastructures de l'eau comme biens publics et de mobiliser des fonds publics pour les financer.» ajoute Gillespie.

Algérie, coloniale ou colonelisée?

Algérie. Une leçon de fraude électorale en 10 points