Hi.

Welcome to my blog. I document my adventures in travel, style, and food. Hope you have a nice stay!

La croisade Chinoise contre la liberté d’expression sur Internet

Le gouvernement chinois continue sa campagne de censure sur Internet, en décembre dernier, les autorités chinoises ont révélé de nouvelles mesures de censure sur le Web, y compris l'élimination des commentaires au contenu considéré "illégal", tout en obligeant les administrateurs Web de fournir des informations aux autorités pour appliquer les sanctions. La Chine se classe 173e sur les 179 pays dans le classement mondial de la liberté de presse établi chaque année par «Reporters sans frontières», et l’obstruction de la liberté des médias appliquées par les autorités chinoises entrave l’efficacité des médias et des journalistes étrangers, poursuivant ces derniers tout en contrôlant le contenu circulant sur la toile.

Le service de messagerie instantanée «Line», de sa part, est en train de préparer une procédure qui identifie les mots et expressions en chinois et en anglais considérées politiquement sensibles pour le pays, et ce en envoyant un message avertissant que la conversation possède du contenu «sensible» et qu'il est nécessaire de le changer.

Services de messagerie

Cette censure ne se limite pas aux services Internet du pays comme Baidu ou Sina Weibo, elle s’applique également aux services de messagerie instantanée pour «smartphones» comme WhatsApp ou WeChat.

La police chinoise a arrêté un total de 1.065 suspects et effacé plus de 208.000 messages "nuisibles" pendant cette campagne de censure depuis la mi-Février, et les opérateurs de plus de 3.000 sites ont reçu des avertissements au cours de cette campagne.

Actuellement, il existe un total de 30 journalistes et 69 cyberdissidents emprisonnés en Chine, faisant de ce pays asiatique la plus grande prison d’informateurs au monde, en plus d’une augmentation dans la persécution des défenseurs des droits humains et des détracteurs de toute sorte de répression, de détentions arbitraires, de procès inéquitables, de condamnations à de longues peines de prison et du harcèlement sur Internet.

Le harcèlement des parents des activistes est également en hausse

En particulier à la famille du Prix Nobel de la paix, Liu Xiaobo, emprisonné depuis 2009, et les dissidents Chen Guangcheng et Zhang Lin.

Le Département de la publicité (ex-Département de la propagande) donne des instructions aux médias chinois, y compris aux sites Web, sur les sujets pouvant être abordés, de ceux qui doivent suivre les consignes de l'agence officielle et aussi ceux qui ne sont pas autorisés .

Chaque fois qu'un événement attirant l'attention des médias ou du public apparaît, le Département de la publicité rappelle l'importance du maintien de la stabilité politique et sociale.

Les autorités utilisent ainsi toute sorte de censure et de techniques de désinformation pour contrôler l'image du pays, en particulier l'image internationale, tout en ignorant les conséquences pour la population et leur perception du monde extérieur.

Le site de l'agence de nouvelles financières Bloomberg a été bloqué le 29 Juin 2012 suite à des informations publiées sur une enquête sur la présidence au pays, tout comme le site du journal américain New York Times qui a été censuré et menacé d'un procès après avoir publié un article sur la fortune familiale amassée par le Premier ministre Wen Jiabao.

Le Parti communiste chinois se déclare sérieusement préoccupé par les conséquences internationales du «printemps arabe», et en particulier le rôle joué par les réseaux sociaux comme un outil de mobilisation pour les militants pro démocrates.

Barrez-vous! - L'exil des Français s'accélère

Sur quelles plages algériennes peut-on se baigner en bikini